A propos de cette célébrité

Ernest VILGRAIN

Français Ernest VILGRAIN

Né(e) Jean Ernest VILGRAIN

Industriel minotier, inventeur des baraques Vilgrain, sous-secrétaire d'Etat

Sources :  franbach

Né(e) : le 20 octobre 1880 à Frouard, Meurthe-et-Moselle, France
Décédé(e) : en 1942


Biographie

Ernest Vilgrain est fils et petit-fils de minotiers originaires de Metz et installés à Nancy. Il est le fils aîné de Louis Vilgrain (1854-1942), président de la Chambre de commerce de Nancy de 1903 à 1919, président de la chambre syndicale des meuniers de France, qui dirige depuis 1884 les Grands moulins de Nancy.

Son père le destine à être le commerçant de la famille et l'envoie à l'étranger, notamment en Angleterre et en Hongrie, pour acheter des blés. La société familiale, Vilgrain et Cie, est une société en commandite dont Louis et Ernest sont les gérants. Elle est transformée en mai 1913 en société anonyme, la SA des grands moulins Vilgrain, au capital de 6 millions de francs, afin d'accroître ses capitaux pour pouvoir faire construire un grand moulin moderne. Ernest Vilgrain est administrateur-délégué, et son père président du conseil d'administration. Il possède alors 578 actions de mille francs (au titre de ses apports) et ne souscrit que pour 80 000 francs supplémentaires. Il affirme avoir démissionné de ses fonctions d'administrateur des moulins Vilgrain en avril 19176.

Le ministre du commerce le charge d'acheter des blés à l'étranger en 1915. L'année suivante, il est chargé de mettre en place à Londres le wheat executive, un organisme interallié de répartition qui permet d'acheter des blés en commun et d'éviter toute concurrence. Il est ensuite nommé en 1917 directeur du ravitaillement puis directeur des services commerciaux du ravitaillement. Il est sous-secrétaire d'État au ravitaillement, du 17 novembre 1917 au 19 janvier 1920 dans le Gouvernement Georges Clemenceau.

Alors que Clemenceau met en place un dirigisme d'État, il a fait adopter une loi le 18 février 1918 qui généralise le rationnement. Une carte d'alimentation est mise en place à Paris, puis généralisée à la province en juin 19189. Il a créé en 1919 les "baraques Vilgrain". Ces magasins, installés de manière assez sommaire dans des baraques conçues par l’intendant militaire Adrian, offraient à partir du 6 mars 1919 aux habitants de Paris et de sa banlieue les produits alimentaires de première nécessité à des prix inférieurs de 20 à 30 % à ceux du commerce, à qualité égale. L’initiative de Vilgrain reçut de la population parisienne l’accueil le plus empressé. Vilgrain intervint aussi de manière plus globale sur le marché et organisa notamment un système de transports permettant de diriger les produits sur les centres de consommation rapidement et par trains complets, c’est-à-dire à des tarifs aussi réduits que possible. Ces initiatives hardies contribuèrent à freiner la hausse du coût de la vie au cours de la période critique du retour à l’économie de paix. L'État, pendant la guerre, a eu le monopole du commerce des blés, jusqu'en 1921.

Il reprend ensuite son ancien métier de meunier et de négociant en grains: il est administrateur de la Société d'entreprise meunière, de la Coopérative d'approvisionnement, de transport et de crédit, constituée en mai 1920 au capital de 15 millions de francs, qu'il préside, et de la société des Grands moulins de Paris, constituée en avril 1919. Il entre au conseil d'administration de la société foncière de l'Est, constituée en 1920 par son père et ses frères pour gérer leurs anciens moulins. S'il ne siège pas au conseil des grands moulins Vilgrain en 1923, il est administrateur aux côtés de ses frères et d'un beau-frère d'une société constituée en 1924, la société d'exploitation de brevets et d'applications industrielles. De même, avec ses frères Louis et Robert, il siège au conseil d'administration des moulins Hardy-Lebègue (Ardennes). Il administre aussi, aux côtés de son beau-frère Jacques Cordier, la Société parisienne de banque, constituée en 1925.

Alors que la société d'entreprise meunière est dissoute en 1928, Ernest Vilgrain entre à nouveau au conseil d'administration des Grands moulins de Paris en décembre de cette même année, à l'instar de son frère Marcel. Ils sont rejoints par leurs frères Robert, nommé en outre directeur général, et Louis en 1935. Le mandat d'administrateur d'Ernest est renouvelé en 1938. Il est redevenu également administrateur de la Coopérative d'approvisionnement, de transport et de crédit début 1929; son mandat a été renouvelé en 1934. Avec ses frères, il contrôle alors un des deux grands groupes de la meunerie française.

Ernest Vilgrain, comme ancien sous-secrétaire d'État, a été mis en cause dans deux affaires après son retrait de la vie publique; la première porte sur une accusation de trafic d'influence, d'abus de pouvoir, d'enrichissement illicite et de constitution d'un trust de la meunerie, la seconde sur son passé trouble d'ancien combattant en 1914.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .