Ils sont cousins avec Antoine DE SAINT-EXUPERY :


Signalez votre propre cousinage


A propos de cette célébrité

Antoine DE SAINT-EXUPERY

Français Antoine DE SAINT-EXUPERY

Né(e) Antoine Marie Jean-Baptiste Roger de SAINT-EXUPERY

Aviateur et écrivain, pilote de l'Aéropostale

Sources :  Alain GARRIC

Né(e) : le 29 juin 1900 à Lyon, France
Décédé(e) : le 31 juillet 1944 à Marseille, France


Origine du nom

Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Saint-Exupéry ou qui en détenait la seigneurie. Il s'agit ici de la commune de Saint-Exupéry (33). Exupéry correspond à Exupère (du latin exsuperare = triompher, surpasser), nom porté par plusieurs saints : le plus connu périt brûlé avec sa femme et ses deux fils dans la maison de son maître, qui venait d'apprendre qu'il était chrétien. Mais, dans le Sud-Ouest, il faut plutôt penser à saint Exupère, évêque de Toulouse au Ve siècle.

Biographie

Antoine de Saint-Exupéry est né à Lyon le 29 juin 1900 et mort sans doute au-dessus de la Méditerranée au cours d'un vol de reconnaissance, le 31 juillet 1944. Descendant d'une des plus vieilles familles nobles de France, il passa son enfance chez sa tante, étant orphelin de père, à Saint-Maurice de Rémens, près d'Ambérieu. Placé ensuite au collège de Sainte-Croix du Mans, où sa famille s'était établie, il en sortit en 1914 pour aller poursuivre ses études en Suisse, au collège Saint-Jean de Fribourg. Studieux, il montrait en outre du goût pour la poésie et la mécanique. Revenu en France en 1917, il alla à Paris (lycée Bossuet) préparer l'École Navale. Admissible au concours, il échoua à l'oral. Comme il dessinait avec facilité, il suivit alors les cours de l'École des Beaux-Arts (section d'architecture). Bon pour le service militaire en 1921, il obtint de le faire à Strasbourg, dans l'armée de l'Air. Désormais sa carrière sera tracée. Affecté d'abord à Rabat (1922), il passa ensuite au groupe de chasse du 33e d'aviation au Bourget. Bien qu'ayant été la victime d'un accident assez grave, il n'en voulut pas moins parfaire son éducation de pilote jusqu'à la fin de son service. Au sortir de l'armée (1923), revenu à Paris, il dut, faute de situation, faire divers métiers. C'est alors qu'il se mit à écrire. S'étant, en 1925, lié d'amitié avec Jean Prévost, il lui remit un récit qui fut bientôt publié dans la revue Le Navire d'argent. Ce récit, intitulé L'Evasion de Jacques Bernis, évoquait avec beaucoup de force le monde de l'aviation. En septembre 1926, Saint-Exupéry entra chez Latécoère, société qui assurait le courrier postal aérien depuis Toulouse jusqu'à Dakar. Apres avoir fait maints courriers, il devint alors chef d'escale à Cap Juby, dans le Rio de Oro. Bien que son poste fût loin d'être une sinécure, il parvint peu à peu à s'imposer aux Maures et à améliorer les relations franco-espagnoles alors très tendues. Ce fut durant ses heures d'insomnie qu'il écrivit son premier livre véritable, Courrier Sud (1929).

La société pour le compte de laquelle il travaillait ayant pris beaucoup d'extension, il partit, la même année, pour l'Amérique du Sud afin d'y étudier la création de nouvelles lignes aériennes avec Mermoz et Guillaumet. En 1931, il épousa en Argentine la veuve du journaliste Gomez Carillo. La même année, il publia Vol de nuit, ouvrage dont le succès fut considérable. Mais l'Aéropostale ayant dû finalement déposer son bilan, il connut des temps difficiles malgré toute la renommée qu'il venait d'acquérir. Attaché à Air-France en 1935, il tenta de battre le record Paris-Saïgon. Il échoua. L'année suivante, quand éclata la révolution espagnole, il fit là-bas du reportage pour un journal parisien (d'abord L'Intransigeant, puis Paris-Soir). Redevenu aviateur, il conçut le projet, en 1938, de relier New-York à la Terre de Feu. Grièvement blessé, il dut rester de longs mois en convalescence à New York. En 1939 il publia Terre des hommes. Mobilisé peu après, il devint pilote de guerre au groupe 2/33. En juin 1940, il s'embarqua pour New-York. Il en revint trois ans plus tard pour reprendre du service dans l'armée de la Libération. Faute d'avoir le droit de combattre en raison de son âge, il insista pour obtenir plusieurs missions. Parti de Borgo en Corse, il ne revint jamais. Dans sa toute dernière lettre, il avait écrit : "Je fais la guerre le plus profondément possible... Si je suis descendu, je ne regretterai rien. La termitière future m'épouvante. Et je hais leurs vertus de robots. Moi, j'étais fait pour être jardinier." Antoine de Saint-Exupéry avait écrit trois autres œuvres durant la guerre : Pilote de guerre (1942), Lettre à un otage (1943), Le Petit Prince (1943) – qu'il avait illustré lui-même. Il faut y ajouter ce qu'il tenait, peut-être à tort, pour son plus grand livre : Citadelle (1948). Chacun de ces livres forme un documentaire lyrique dont on chercherait en vain l'analogue dans notre littérature. Antoine de Saint-Exupéry est une des plus belles figures que la France ait jamais comptées depuis le début de ce siècle. Tant par la noblesse de son caractère que par ses dons d'écrivain, il s'est acquis de son vivant la plus juste gloire et cette gloire s'est encore accrue depuis sa mort. Ses Carnets furent publiés en 1953 par Michel Quesnel et Pierre Chevrier.

Roland PURNAL

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Aviateurs, Personnalités 1914-1918