Ils sont cousins avec Albert SCHWEITZER :


Signalez votre propre cousinage


A propos de cette célébrité

Albert SCHWEITZER

Français Albert SCHWEITZER

Médecin, théologien protestant et musicologue français, prix Nobel de la Paix en 1952

Sources :  Hervé FULLENWARTH

Né(e) : le 14 janvier 1875 à Kaysersberg, France
Décédé(e) : le 04 septembre 1965 à Lambaréné, Gabon


Origine du nom

Rencontré en Alsace-Lorraine et en Allemagne, désigne celui qui est originaire de Suisse.

Biographie

Schweitzer, Albert (1875-1965), théologien protestant, philosophe, médecin et musicologue français, prix Nobel de la paix.

Né à Kaysersberg, dans l'Alsace alors allemande (aujourd'hui dans le Haut-Rhin), le 14 janvier 1875, Schweitzer fit ses études supérieures à la Sorbonne et aux universités de Strasbourg et de Berlin. Il fut nommé vicaire adjoint de l'église Saint-Nicolas de Strasbourg en 1900 et directeur du séminaire protestant l'année suivante. Organiste réputé, il fut également un grand expert dans l'art de construire les orgues. Il écrivit de nombreux ouvrages consacrés à la musique, dont le célèbre Jean-Sébastien Bach, le musicien poète, publié en 1905. Soulignant le caractère religieux de la musique de Bach, Schweitzer préconisa dans cet ouvrage un style d'interprétation neuf, simple et dépouillé, qui détermina par la suite la manière de jouer les œuvres de Bach.
Les écrits religieux
Schweitzer acquit sa réputation de théologien en publiant Recherches sur la vie de Jésus (1906) et la Mystique de l'apôtre Paul (1930), ouvrages dans lesquels il mit en lumière les croyances eschatologiques du Christ et des auteurs des Écritures.
Médecine et philosophie
De 1905 à 1913, Schweitzer étudia la médecine et la chirurgie à l'université de Strasbourg. En 1913, il partit à Lambaréné, en Afrique-Équatoriale française (aujourd'hui au Gabon), comme médecin missionnaire et fonda un hôpital où il soigna deux mille patients dès la première année. En tant que citoyen allemand, Schweitzer fut interné en France en 1917-1918. Pendant son incarcération, il écrivit Kulturphilosophie (1923), une étude philosophique de la civilisation. Il y aborda la pensée éthique à travers l'histoire et invita ses contemporains à mettre en œuvre une philosophie de respect de la vie.
Schweitzer resta en Europe jusqu'en 1924, puis retourna en Afrique, où il reconstruisit et aménagea son hôpital pour y recevoir des milliers de patients africains, dont trois cents lépreux. Pour donner des conférences et des récitals d'orgue, il retournait fréquemment en Europe. En 1952, il reçut le prix Nobel de la paix. Son œuvre comprend de nombreux ouvrages, parmi lesquels une étude théologique Reich Gottes und Christentum («Le royaume de Dieu et le christianisme», 1967) et son autobiographie.

Source : Microsoft Encarta 2000.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Médecins