A propos de cette célébrité

Henri MORDACQ

Français Henri MORDACQ

Né(e) Jean Jules Henri MORDACQ

Officier général, commandant de corps d'armée français

Sources :  Vendée Militaire

Né(e) : le 12 janvier 1868 à Clermont-Ferrand, France
Décédé(e) : le 14 avril 1943 à Paris, Île-de-France, France


Origine du nom

Le nom est porté dans la Somme et le Nord-Pas-de-Calais. C'est une forme picarde correspondant au moyen français "mordace, mordache". Comme adjectif il a, selon le dictionnaire de Godefroy, le sens de mordant, piquant. Comme nom, le même dictionnaire lui donne le sens d'instrument de fer qui sert à saisir de grosses bûches (le sens de pince ou de tenailles semble également possible).

Biographie

Henri Mordacq (1868-1943) est un officier général, commandant de corps d’armée français à la fin de sa carrière.

Jeune officier de zouaves en Afrique puis officier légionnaire en Indochine, il s'illustre au cours de la Première Guerre mondiale en colonel commandant le 159e régiment d'Infanterie, puis la 88e brigade alpine et la 90e brigade d'Afrique et enfin la 24e division d'Infanterie.

Le président du Conseil et ministre de la Guerre Georges Clemenceau le nomme chef de son cabinet militaire le jour de son arrivée au pouvoir fin 1917. Il occupe ces fonctions de novembre 1917 à janvier 1920.

Il commande ensuite le 30e corps d'armée en occupation en Rhénanie à Wiesbaden où il est acteur et observateur d'importants enjeux locaux et nationaux, avant de quitter l'Armée pour se consacrer à la vie politique et citoyenne. Il se fait notamment le défenseur de la politique menée par le Tigre, le promoteur des réformes militaires, mais aussi l'avocat de la fermeté gouvernementale vis-à-vis de l'Allemagne.

Il est considéré comme l'un des « théoriciens économistes» de l'École Métropolitaine au côté du lieutenant-colonel Serrigny, et préconise une analyse politique, géo-économique et industrielle des nouveaux conflits à venir.

Visionnaire, il anticipe avant le début de la Grande Guerre sa longue durée, l'incapacité des plans offensifs français, les carences techniques et logistiques ou les lacunes en instruction tactique et stratégique des officiers, et le risque d'une nouvelle guerre si les clauses du Traité de Versailles devaient ne pas être respectées.

Champion d'escrime militaire de France en 1906, et vice champion international en 1907, il est le fondateur de la Société Militaire d'Escrime Pratique en 1904 qui vise à soutenir cette discipline au sein des armées.

Il est à l'initiative des premières unités cyclistes de l'armée française, est l'un des artisans de la refonte de la Légion étrangère, et participe à la création du Centre des Hautes Études Militaires.

Le général Mordacq a écrit plus d’une trentaine de livres, rendant compte de son action et de ses observations au service de la Nation.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .