A propos de cette célébrité

André MASSENA

Français André MASSENA

Militaire français

Sources :  GeneaStar

Né(e) : le 06 mai 1758 à Nice, France
Décédé(e) : le 04 avril 1817 à Paris, France


Origine du nom

Nom rencontré notamment à Nice (ville où est né le maréchal Masséna). Le patronyme a souvent été porté par des juifs, et on pense qu'il pourrait être une métathèse de Manassé, fils de Joseph, ancêtre éponyme de l'une des douze tribus d'Israël (dérivé d'un verbe hébreu signifiant oublier).

Biographie

André Masséna, duc de Rivoli, prince d'Essling, né le 6 mai 1758 à Nice et mort le 4 avril 1817 à Paris, est un militaire français ayant commencé sa carrière dans l'armée de l'Ancien Régime. Adjudant au début de la Révolution française, il s'engage dans la Garde nationale et combat en Italie. Fort de son passé militaire, il est général de brigade, puis général de division en 1793. Il participe à la première campagne d'Italie sous les ordres du jeune général Napoléon Bonaparte et s'illustre à Rivoli. Commandant en chef de l'armée d'Helvétie, il affronte les Austro-Russes qu'il parvient à repousser au-delà du Rhin et évite par-là même l'invasion de la France. Une nouvelle fois aux côtés de Bonaparte en Italie, et malgré son opposition au Consulat à vie, il est élevé à la dignité de maréchal d'Empire lors de l'instauration du nouveau régime en 1804 et devient duc de Rivoli en 1808.

Employé en Italie et en Autriche où il est récompensé par le titre de prince d'Essling, il passe au commandement en chef de l'armée du Portugal. Son échec face aux Anglais de Wellington lui vaut la disgrâce de Napoléon qui ne lui confie plus aucun poste militaire d'envergure durant l'Empire. Rallié aux Bourbons à la Restauration et fait commandeur de Saint-Louis par Louis XVIII, il meurt le 4 avril 1817 à l'âge de 58 ans.

À Sainte-Hélène, Napoléon dira à propos de Masséna : « Il était décidé, brave, intrépide, plein d'ambition et d'amour-propre, son caractère distinctif était l’opiniâtreté. Il n'était jamais découragé. Il négligeait la discipline, soignait mal l'administration et, pour cette raison, était peu aimé du soldat. Il faisait assez mal les dispositions d'une attaque. Sa conversation était peu intéressante ; mais au premier coup de canon, au milieu des boulets et des dangers, sa pensée acquérait de la force et de la clarté. »

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .