Ils sont cousins avec Benoîte GROULT :


Signalez votre propre cousinage


A propos de cette célébrité

Benoîte GROULT

Français Benoîte GROULT

Journaliste, romancière et militante féministe

Sources :  Magali DECLEMY

Né(e) : le 31 janvier 1920 à Paris, France
Décédé(e) : le 20 juin 2016 à Hyères, Var, France


Origine du nom

Forme contractée de Giroult, Geroult (voir Giralt pour le sens), fréquente en Normandie (50, 76). Variantes : Groud (14), Grould (50), Grout (76).

Biographie

Benoîte Marie Rose-Nicole Groult est la fille du styliste de meubles André Groult (1884-1966), renommé dans les années trente, et de Nicole Poiret (1887-1967), dessinatrice de mode, sœur du créateur Paul Poiret et grande amie et amante pendant la première guerre de Marie Laurencin.

Dans son enfance, on l'appelle plutôt Rosie. Sa sœur cadette Flora Groult est également écrivain.

Benoîte Groult obtient une licence de Lettres et enseigne au début de sa carrière au Cours Bossuet.

Elle entre au Journal de la Radiodiffusion à la Libération et y reste jusqu'en 1953.

Elle collabore à diverses publications : ELLE, Parents, Marie Claire, etc.

Dès l'enfance, elle cultive le goût de l'écriture mais c’est à l'âge mûr qu’elle se lance sur la scène littéraire, tout d'abord avec sa sœur Flora : Journal à quatre mains (1958), roman d'inspiration autobiographique sur la période de l'Occupation, Le Féminin pluriel (1965), Il était deux fois (1967).

Elle est par la suite l'auteur de plusieurs best-sellers : La Part des choses (1972), Ainsi soit-elle (1975), Les Trois-Quarts du temps (1983), Les Vaisseaux du cœur (1988), La Touche étoile (2006) et Mon évasion6(2008).

Sa vie et son œuvre font d’elle un témoin privilégié des bouleversements sociaux dans les rapports entre hommes et femmes qui ont marqué le xxe siècle. Son féminisme, déclaré tardivement lui aussi, est une clé de lecture essentielle de son parcours, un identifiant de sa personnalité. Ainsi soit-elle (1975), essai féministe vendu à 1 million d'exemplaires, raconte sa conversion et présente à grands traits le féminisme de l'époque. Elle est alors la première à dénoncer publiquement les mutilations génitales féminines. L'ouvrage reste encore d'actualité, bien que les allégations dénigrant la condition féminine au Moyen Âge semblent devoir être fortement nuancées ou même totalement révisées, selon Martin Blais médiéviste reconnu.

En 1978, avec Claude Servan-Schreiber, elle fonde le mensuel féministe F Magazine, dont elle rédige les éditoriaux.

De 1984 à 1986, elle assure la présidence de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions, fondée par Yvette Roudy, alors ministre des droits de la femme, où travaillent grammairiens, linguistes et écrivains (arrêté de féminisation publié au Journal officiel en mars 1986). À partir de 1982, elle est membre du jury Femina. Elle publie en 1986, pour la première fois, l'intégralité de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne de 1791, rédigée par Olympe de Gouges.

Elle est membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) et livre sa philosophie de la vie et de la mort dans son roman "La Touche étoile".

En 2011, Benoîte Groult fait don de ses archives à l'université d'Angers, au Centre des Archives du féminisme (BU Angers).

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Ecrivains, Journalistes (presse écrite)