A propos de cette personnalité

Charles FÉRÉ

Français Charles FÉRÉ

Médecin français

Sources :  Charles FERE

Né(e) : le 13 juin 1852 à Auffay, France
Décédé(e) : le 22 avril 1907 à Paris, France


Biographie

Charles Féré était l'unique enfant d'une famille de paysans aisés. Il fit ses études au lycée Corneille de Rouen avant d'entrer à l'école de médecine de cette ville. Il eut alors pour professeur le chirurgien de l'Hôtel-Dieu de Rouen Achille Flaubert (1813-1882), le frère de l'écrivain Gustave Flaubert. Charles Féré devint par la suite l'interne et le secrétaire particulier du neurologue Jean Martin Charcot (1825-1893) à la Salpêtrière en 1881, puis le médecin en chef du laboratoire de Bicêtre à partir de 1887.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la médecine, la psychologie, la sexualité et la criminalité. Il appartenait à de nombreuses sociétés savantes : Société de biologie, Société d'anthropologie, Société médico-psychologique, Société de psychologie physiologique, Society for Psychical Research, Société de médecine de Rouen.

Il fut un ami personnel d'Alfred Binet (1857-1911), avec lequel il écrivit plusieurs articles sur l'hypnose et la psychologie expérimentale.

La nécrologie parue dans Le Progrès médical du 1er mai 1907 mentionne "ses expériences mémorables sur le «travail musculaire » et la « physiologie des mouvements volontaires », sur le rôle des excitations sensitives et sensorielles dans la « fatigue musculaire » et sur leur enregistrement graphique, sur la « sensation et le mouvement », sur le travail et le « temps de réaction » " qui avaient contribué à sa réputation. Ces recherches devaient l'amener à une longue collaboration inattendue avec une musicienne, la pianiste Marie Jaëll (1846-1925) dont il fit la connaissance lorsqu'elle publia son premier ouvrage en 1896, fruit de ses recherches pédagogiques La musique et la psychophysiologie.

Dans ses souvenirs et mémoires, publiés en 1915, l'écrivain nationaliste Léon Daudet fit de Charles Féré un portrait corrosif : « Huron rempli de lectures », « dévot du néant », « servant du matérialisme ».

Son portrait peint par l'artiste Moïna Binet, la mère d'Alfred Binet, est conservé au Musée Flaubert et d'histoire de la médecine de Rouen.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Médecins