Ils sont cousins avec Jean CASIMIR-PERIER :


Signalez votre propre cousinage


A propos de cette célébrité

Jean CASIMIR-PERIER

Français Jean CASIMIR-PERIER

Né(e) Jean Paul Pierre CASIMIR-PERIER

Président de la République française de 1894 à 1895

Sources :  Base collaborative Pierfit

Né(e) : le 08 novembre 1847 à Paris, France
Décédé(e) : le 11 mars 1907 à Paris, France


Origine du nom

Outre les départements d'Outre-Mer, et notamment la Réunion, le nom de famille Casimir est porté dans le Sud-Ouest, en particulier dans l'Aveyron autrefois. Il s'agit d'un prénom slave, Kazimierz, popularisé par un prince polonais du XVe siècle, saint patron de la Pologne et de la Lithuanie. La mode de ce prénom semble s'être développée en France au XVIIIe siècle. Le nom composé Casimir-Périer a été formé par l'adjonction du prénom au patronyme Périer aux alentours des années 1800.

Biographie

Jean Paul Pierre Casimir-Perier est un homme d'État français, président de la République française (27 juin 1894 - 16 janvier 1895) sous la Troisième République.

Jean Casimir-Perier est le fils d'Auguste Casimir-Perier (1811 - 1876), ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d'Adolphe Thiers, et petit-fils de Casimir Perier (1777 - 1832), président du Conseil sous Louis-Philippe Ier durant le régime de la Monarchie de Juillet. Il étudia au lycée Condorcet.

Il épouse à Paris le 17 avril 1873, Hélène Perier-Vitet qui lui donnera deux enfants : Claude (1880-1915, mort pour la France) et Germaine (Mme Sommier, 1885-1968).

Il entra dans la vie publique comme secrétaire de son père, qui était ministre de l'Intérieur dans le ministère Thiers.

En 1874 il fut élu conseiller général de l'Aube et fut envoyé par ce département à la chambre des députés lors des élections générales de 1876 et il fut toujours réélu jusqu’à ce qu’il devînt président de la République. Malgré les traditions de sa famille, il rejoignit le groupe des Républicains de gauche et fut un des 363 qui s’opposèrent au Seize-Mai (1877). Il refusa de voter l'expulsion des princes en 1883 et démissionna comme député quand la loi fut promulguée, à cause de ses liens personnels avec la famille d'Orléans.

Le 17 août 1883 il devint sous-secrétaire d'État à la guerre, poste qu'il occupa jusqu'au 7 janvier 1885. De 1890 à 1892 il fut vice-président de la Chambre, puis en 1893 président. Le 3 décembre il devint président du conseil avec le portefeuille des affaires étrangères, mais il démissionna en mai 1894 et fut réélu président de la chambre.

Le 24 juin 1894, après l'assassinat du président Carnot, il fut élu président de la République par 451 voix contre 195 pour Henri Brisson et 97 pour Charles Dupuy. Sa présidence ne dura que six mois. La démission du ministère Dupuy le 14 janvier 1895 fut suivie le lendemain de la sienne. Il l'expliqua par le fait qu'il se voyait ignoré par les ministres, qui ne le consultaient pas avant de prendre des décisions et ne l’informaient pas des événements politiques, surtout dans le domaine des affaires étrangères.

À partir de ce moment il abandonna complètement la politique et se consacra aux affaires - surtout à l'exploitation minière. Lors du jugement de Alfred Dreyfus à Rennes, son témoignage, opposé à celui du général Mercier, fut très utile à la cause de l’accusé.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Personnalités politiques françaises