Ils sont cousins avec Emma CALVE :


Signalez votre propre cousinage


A propos de cette célébrité

Emma CALVE

Français Emma CALVE

Né(e) Rose Emma CALVET

Chanteuse d'Opera soprano

Sources :  Claude AUSSEL

Né(e) : le 15 août 1858 à Decazeville, France
Décédé(e) : le 06 janvier 1942 à Millau, France


Origine du nom

Sobriquet désignant une personne chauve (latin calvus). A noter que le nom, en catalan comme en français, se présente pratiquement toujours avec un suffixe diminutif, ici -ET. On trouve en français des Chauveau, Chauvin, Chauvet, mais quasiment pas de personnes s'appelant tout simplement Chauve. On rencontre cependant un certain nombre de Calvo, la plupart du temps d'origine castillane.

Biographie

Rosa Emma Calvet, dite Emma Calvé, née à Decazeville le 15 août 1858 et morte à Millau le 6 janvier 1942, est une chanteuse d'opéra française (soprano), qui s'illustra notamment dans le rôle de Carmen.

Née à Decazeville, élevée dans ces Causses du Larzac dont elle aura toute sa vie la nostalgie émue, elle suivra les derniers cours de Jean-Baptiste Caylus à Bruxelles où elle débuta à la Monnaie en 1882 dans le rôle de Marguerite de Faust.

À partir de 1892, elle chanta régulièrement au Royal Opera House de Londres et au Metropolitan Opera de New York. Elle créa le rôle de Suzel dans l'Ami Fritz de Mascagni à Rome, le 30 octobre 1891.

Massenet créa pour elle le rôle d'Anita dans la Navarraise et lui confia celui de Sapho dans l'opéra du même nom. Carmen, qu'elle chanta plus de mille fois, aurait suffit à établir sa célébrité, notamment aux États-Unis.

Adulée par le monde entier, Calvé vécut « comme une reine ». Partout acclamée, Emma va chanter aux Indes, au Japon, en Australie. C’est en 1904, à l’occasion de la millième de Carmen, le grand rôle de sa vie, qu’elle renonce à l’opéra, tout en continuant jusqu’en 1926 de donner des concerts dans le monde entier. Adulée des Américains, elle entonna la Marseillaise à New-York en 1916, devant 30 000 personnes : le triomphe fut mémorable. Au faîte de sa gloire, elle avait acquis en 1894 le château de Cabrières près d'Aguessac (Aveyron), avant de le revendre à un industriel gantier quelques années plus tard.

Elle mourut dans le dénuement, après avoir consacré à l’enseignement de son art les dernières saisons qu´elle passa à Cabrières.

Réputée pour sa personnalité dynamique, on trouvait sa photographie dans les tablettes de chocolat Poulain. Passionnée d'hindouisme et d'occultisme[1], elle passa pour fréquenter le cabaret du Chat Noir, à Paris, en compagnie de Mucha, de Papus, et de Camille Flammarion.

En 1942, une étoile s’éteint à Montpellier, dans l'anonymat. Star planétaire, Emma Calvé fut l’immense cantatrice de la Belle Époque, adulée par les foules et les têtes couronnées ; sa voix de soprano, d'une étendue rare avec de puissantes notes de poitrine et des aigus fabuleux, experte en sortilèges, a soulevé une émotion comparable à l’hystérie des dilettanti d’aujourd’hui.

Elle a écrit son autobiographie, Sous tous les ciels j'ai chanté, parue à Paris en 1940.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Voir aussi :

- catégorie Chanteurs et musiciens contemporains