A propos de cette célébrité

Maurice BAQUET

Français Maurice BAQUET

Acteur, violoncelliste et skieur

Sources :  Magali DECLEMY

Né(e) : le 26 mai 1911 à Villefranche-sur-Saône, Rhône, France
Décédé(e) : le 08 juillet 2005 à Noisy-le-Grand, Seine-Saint-Denis, France


Origine du nom

Nom surtout porté dans la Somme. Variantes : Bacuet, Bacuez, et surtout Bacquet, Bacquez (62). C'est un surnom évoquant un petit bac (bateau pour traverser un cours d'eau), qui désigne soit un passeur, soit un lieu

Biographie

Natif du Beaujolais, il suivit les cours de violoncelle au conservatoire de Lyon puis ceux de Paris où il fut dans la même classe qu'Henri Betti, Paul Bonneau, Léo Chauliac, Henri Dutilleux, Louiguy, Pierre Spiers et Raymond Trouard et où il remporta un premier prix. Ceci ne l'empêche pas d'échouer au concours d'entrée à l'orchestre de l'Opéra de Paris, ce qui le motiva à renoncer à une carrière classique.

Il ne quitta pas pour autant son violoncelle. Bien au contraire, l'instrument l'accompagna tout au long de sa vie et l'on se souvient du clin d'œil que lui autorisa Joseph Losey le temps d'une courte mais émouvante séquence dans Monsieur Klein. Au début des années 1930, il côtoie Pierre et Jacques Prévert, Roger Blin et rejoint le célèbre Groupe Octobre, un groupe d'agit-prop, très lié au Parti Communiste Français. Il y installe son métier de comédien et s'adonne aux beaux textes, en particulier les poèmes d'Aragon et Paul Éluard.

En 1935, il tourne son premier long métrage sous la direction de Marc Allégret, Les Beaux Jours. S'ensuit une filmographie de plus de 80 titres. Sa tête de gamin débrouillard et facétieux lui avait également valu le rôle de Bibi Fricotin, puis celui de Ribouldingue dans deux films de Marcel Aboulker.

Au théâtre, il joue dans les opérettes Andalousie et Gipsy de Francis Lopez. Il se produit également au cabaret, parfois accompagné aux claquettes par Jacqueline Figus, son épouse depuis 1944.

Il participe aussi à des compétitions de ski d'alpinisme2, ainsi qu'à des performances plus humoristiques, telles que sa descente à ski des escaliers de la Butte Montmartre en 19463. Dans le même registre, il descend aussi à ski les escaliers de la Maison de la Radio, suite à un pari[réf. souhaitée]. En 1947, il présente avec le fantaisiste Saint-Granier un vélo-ski permettant de descendre les pistes4 Ami de Roger Frison-Roche on le retrouve au générique de Premier de cordée (1944). En 1955, il coréalise avec Gaston Rébuffat et Georges Tairraz, Étoiles et Tempête récompensé par le Grand Prix du festival de Trente. Le 13 juillet 1956, il réalise avec Gaston Rébuffat la première ascension de la face sud-est de l'aiguille du Midi5 à Chamonix, dont on peut voir des séquences dans Entre terre et ciel.

Il était également l'ami de Robert Doisneau qui l'a abondamment photographié et avec qui il a réalisé un ouvrage intitulé Ballade pour violoncelle et chambre noire qui témoigne de leur amitié. Il meurt et est inhumé au cimetière de Beauregard (Ain)6.

Source :  © Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .