Jane FONDA

Généalogie de Jane FONDA

Acteurs & comédiens

AméricainNé(e) Jayne Seymour FONDA

Actrice et une productrice américaine, également féministe et militante pacifiste

Né(e) le 21 décembre 1937 à New York City, New York, USA , Etats-Unis d'Amérique (83 ans)

Origine du nom

La famille des acteurs américains est présente aux États-Unis depuis le XVIIe siècle et est apparemment originaire des Pays-Bas (à noter cependant que Jane Fonda dit que sa famille vient de Gênes). En Italie, le nom Fonda est assez fréquent dans la province de Trieste (sens incertain : soit une bourse, soit un toponyme avec le sens de dépression, fond). Il y a aussi des Fonda en Espagne et dans les Pyrénées-Orientales : en principe, le nom y a le sens d'auberge (castillan et catalan "fonda"), mais on trouve aussi des Fondà, pour lesquels la signification est certainement différente."

Son arbre généalogique

Signaler une erreur

Ce formulaire vous permet de signaler une erreur ou un complément à la généalogie suivante : Jane FONDA (1937)

Plus d'informations

Son père est l’acteur Henry Fonda et sa mère est Frances Brokaw (née Seymour). Son surnom s’inspirait de celui de Lady Jeanne Seymour, la troisième femme du roi Henri VIII. Jane est la soeur de Peter Fonda et la tante de Bridget Fonda.

La mère de Jane, Frances, était la seconde des cinq femmes d’Henry Fonda, et avait été précédemment l’épouse du millionnaire George Brokaw, premier mari de l’écrivaine Clare Boothe Luce. Après un placement volontaire en observation dans un asile, Frances Fonda se suicida en se tranchant la gorge avec un couteau, en octobre 1950, alors que Jane était âgée de 12 ans. En 2005, dans ses mémoires, l’actrice écrit que pour sa recherche documentaire, elle fut autorisée à accéder au dossier psychiatrique de sa mère et découvrit qu'elle avait été sexuellement violentée dans son enfance, un traumatisme qui a sans nul doute contribué à son instabilité émotionnelle et mentale ultérieures.
...  
Jane devient une star internationale grâce à l'adaptation du roman d'Horace McCoy par Sydney Pollack: On achève bien les chevaux en 1969. En 1972, elle tourne avec Yves Montand sous la direction de Jean-Luc Godard et de Jean-Pierre Gorin dans Tout va bien. Plus tard, les deux réalisateurs en hommage à l'actrice feront au autre un film: Letter to Jane où ils commentent une heure durant la photographie de Jane prise lors de son voyage au Vietnam en pleine guerre, faisant à ce moment-là les gros titres de l'actualité.

Très engagée politiquement, elle est devenue l'égérie de l'Amérique politisée et contestataire des années 1960. Elle a activement soutenu le Mouvement afro-américain des droits civiques et défendu le leader Huey P. Newton des Black Panthers. Elle avait également alerté l'opinion publique sur la situation désastreuse des Amerindiens aux États-Unis et a longtemps lutté pour les droits de la femme, se positionnant en tant que "féministe". Durant la guerre du Vietnam, ses prises de position contre le gouvernement américain de l'époque ainsi que son voyage au Vietnam en 1972 où elle est allée rendre visiste à des prisonniers de guerre et des villageois isolés, soutenant la thèse selon laquelle Richard Nixon avait donné l'ordre de bombarder le système de digues des rivières du Nord communiste, ont longtemps alimenté la polémique.

La photographie où on la voyait poser avec un casque et des armes auprès de l'US-Navy a été vivement critiquée. 20 ans après, Jane a exprimé ses regrets quant à sa pose sur la photo avant de se raviser.

Elle a cessé sa carrière d'actrice au début des années 1990, mais apparaît de temps en temps dans des feuilletons télévisés et vient de tourner dans le film Monster-in-Law.

C'est en 2005 qu'elle réalise son grand retour pour le cinéma avec une comédie qui l'oppose à Jennifer Lopez: Sa mère ou moi.

Toujours très active politiquement, elle a souvement critiqué l'administration Bush notamment sur l'intervention militaire en Irak et la gestion des dégâts causés par le cyclone Katrina à la Nouvelle Orléans. Elle milite aujourd'hui pour la paix et la résolution du conflit israélo-palestinien.

Parlant parfaitement le français, elle a été mariée au réalisateur Roger Vadim, dont elle a eu une fille, Vanessa. Le cinéaste avec Barbarella en avait fait un sex symbol des années spixante. Elle a ensuite épousé un magnat de la presse américain, Ted Turner, dont elle a divorcé en 2001.

Privilégiant un cinéma d'auteur engagé qu'elle finit même par produire (comme Le Retour), Jane a su se faire un prénom à Hollywood sans que plane sur elle l'ombre de son père. Elle a obtenu deux Oscars: l'un couronnant son rôle de prostituée dans le film policier Klute d'Alan J. Pakula en 1972, l'autre distinguant sa prestation en épouse de vétéran du Vietnam dans Le Retour de Hal Ashby en 1979. Elle a donné la réplique à son père Henry dans son dernier film: La Maison du lac, qu'elle a d'ailleurs financé.

© Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0

 

Origines géographiques

La carte ci-dessous indique les communes d'origine des ancêtres de la personnalité.

Chargement en cours... Une erreur est survenue lors du chargement de la carte.