Denise FABRE

Généalogie de Denise FABRE

Personnalités du monde audiovisuel françaises

FrançaisNé(e) Denise FABRE

présentatrice de télévision et animatrice radio

Né(e) le 15 septembre 1942 à Cagnes-sur-Mer, Alpes-Maritimes , France (81 ans)

Son arbre généalogique

Signaler une erreur

Ce formulaire vous permet de signaler une erreur ou un complément à la généalogie suivante : Denise FABRE (1942)

Plus d'informations

Après une enfance passée à Nice, Denise Fabre souhaite devenir hôtesse de l'air, mais, à l'issue d'un concours, elle débute, à l'âge de 19 ans comme télé-speakerine sur les antennes de Télé Monte Carlo.



À Noël 1963, elle arrive à Paris et rejoint la deuxième chaîne de l'ORTF comme télé-speakerine. Parallèlement elle anime l'émission dominicale Télé Dimanche sur la première chaîne, devenant une animatrice reconnue de la télévision française. En septembre 1971, Pierre Sabbagh devient directeur des programmes de la deuxième chaîne de télévision de l'ORTF et désire que son épouse, Catherine Langeais (speakerine sur la première chaîne), en présente les programmes. Denise Fabre et Catherine Langeais échangent alors leurs postes. Denise Fabre restera sur la première chaîne jusqu'au 5 janvier 1975, date de la fin de l'ORTF et de son démantèlement.

...   Après une enfance passée à Nice, Denise Fabre souhaite devenir hôtesse de l'air, mais, à l'issue d'un concours, elle débute, à l'âge de 19 ans comme télé-speakerine sur les antennes de Télé Monte Carlo.



À Noël 1963, elle arrive à Paris et rejoint la deuxième chaîne de l'ORTF comme télé-speakerine. Parallèlement elle anime l'émission dominicale Télé Dimanche sur la première chaîne, devenant une animatrice reconnue de la télévision française. En septembre 1971, Pierre Sabbagh devient directeur des programmes de la deuxième chaîne de télévision de l'ORTF et désire que son épouse, Catherine Langeais (speakerine sur la première chaîne), en présente les programmes. Denise Fabre et Catherine Langeais échangent alors leurs postes. Denise Fabre restera sur la première chaîne jusqu'au 5 janvier 1975, date de la fin de l'ORTF et de son démantèlement.



En janvier 1975, elle est engagée pour être speakerine sur TF1, et elle le restera jusqu'en 1992. Dans un contexte de travail plus rigide et normé que celui de nos jours, ses fous-rires en tant que speakerine lui valurent plusieurs mises à pied2.



Dans les années 1960, parallèlement à la télévision, elle est chroniqueuse pendant trois ans à France-Soir et anime la tranche 6 h-8 h de France Inter.



À la télévision, elle anime les émissions Télé-Dimanche (arrêtée en 1972), puis Restez donc avec nous le samedi et Au plaisir du samedi. Dans Restez donc avec nous le samedi, elle a pour complice Garcimore, magicien célèbre pour ses tours décalés et volontairement ratés. En 1975[pertinence contestée], elle reçoit le 7 d'or de la meilleure présentatrice de télévision[réf. nécessaire]. En 1976, Jean-Luc Lagardère l’engage sur Europe 1 ; elle y invite tous les matins des personnalités politiques qui viennent parler de tout… sauf de politique, et des artistes qui viennent s'exprimer sur autres choses que leurs arts. En avril 1978, elle coprésente avec Léon Zitrone le Concours Eurovision de la chanson qui a lieu en France, à la suite de la victoire au Concours 1977 de la chanteuse Marie Myriam.



À partir de 1993, elle retrouve la chaîne de ses débuts, Monte Carlo TMC, avec l'émission Boléro. Elle tient également une chronique dans France-Soir.



En 1995, elle réapparait sur TF1 et y présente Télévitrines, une émission de téléachat. En 2001, elle reçoit un nouveau 7 d'or, celui de la meilleure animatrice.



© Copyright auteur(s) de Wikipédia - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0

 

Origines géographiques

La carte ci-dessous indique les communes d'origine des ancêtres de la personnalité.

Chargement en cours... Une erreur est survenue lors du chargement de la carte.